Elpees

Retrouvez sur cette page toutes les chroniques et articles à propos des elpees de Ending Satellites.
You may find on this page all the articles about the Ending Satellites elpees.

Découvrez les cinq premiers EPs de Ending SatellitesThe long & quiet flight of the pelican | 2011.

Core and Co, le 10 janvier 2012 :
« Au final, vous l’aurez compris, c’est très bien joué. »

Les Immortels, le 15 décembre 2011 :
« Les trois titres proposés proposent une nouvelle fois une sensation de décalage, d’étrangeté, pourtant furieusement ancrée dans le réel et le quotidien. »

Lesterbrome’s Posterous, le 7 décembre 2011 :
« Lorgnant toujours vers le post rock, ce disque, tout comme les précédents est particulièrement esthétique, artwork épuré, photos etc… C’est le conseil du jour. »

Promotion Musique, le 21 octobre 2011 :
« La musique se présente à mon esprit comme de la pure détente. Les muscles se relâchent, l’esprit s’élève et les photos sont autant de fenêtres sur l’univers. »

RadioKultura « Noise ®us », le 5 octobre 2011 :
« Une véritable et très bonne surprise pour noise r’us […] Laissez vous embarquer par la musique des Ending Satellites, c’est une véritable invitation au voyage. »

No hopes in codes : no code in hopes | 2011.

Les Immortels, le 3 août 2011 :
« L’œuvre proposée par Ending Satellites est singulière et protéiforme. »

Lesterbrome’s Posterous, le 10 juillet 2011 :
« Imaginez vous à bord d’une voiture sans conducteur, fonçant à travers le brouillard les yeux grands ouverts. Le paysage défile, se déforme et vous ne maitrisez plus rien. »

We all are strangers in our own lives | 2011.

Indiepoprock.fr, le 4 juillet 2011 :
« Ending Satellites et son electro aérienne et magistrale […] Une superbe découverte à aller écouter d’urgence. »

La Grosse Radio, le 4 juillet 2011 :
« La musique est donc considérée ici comme une bande originale à l’envers : elle ne vient pas en soutien de l’image, ce sont les photos qui viennent l’habiller. »

Les Vrais Indépendants (via Matt), le 5 juillet 2011 :
« Chaque nouveau titre fait mine de révéler un peu plus l’univers de Ending Satellites, tout en brouillant ce qu’on pensait en savoir. »

Longueur d’Ondes, le 18 Mai 2011 :
« L’ambition principale de Ending Satellites est de proposer un voyage hors du temps. »

Les Immortels, le 20 Mai 2011 :
« L’impression est de se trouver à contre-jour, mais d’avoir la bande-son de ce qui se trouve de l’autre côté de cet éblouissement qui déforme les contours. »

Sucrepop, le 2 Juin 2011 :
« Leurs morceaux ont cette marque qui force le respect. »

Magic Fire Music, le 18 mai 2011 :
« Au final, qu’y a t-il de plus intéressant qu’une musique en perpétuelle mutation ? »

A devasted place where we can dance | 2011.

SucrePop, le 07 Avril 2011 :
« Les ambiances sont très variées, et même un accroc comme moi au format popsong, irréductiblement scotché au binôme couplet refrain, ne peut que trouver un charme certain à cette décoction. »

EnvrAk, le 01 Avril 2011 :
« Projet hybride où s’accouplent d’enivrantes mélopées et des clichés hors du temps. »

Still in Rock, le 30 Mars 2011 :
« La musique produite est riche, émotive, profonde. Peu de reproches à faire pour l’heure, cette musique un peu sombre est jouissive. A surveiller. »

Nouvelle Vague, le 22 Mars 2011 :
« Grâce à son aspect audacieux, irrévérencieux et différent, Ending Satellites intrigue et éveille la curiosité. »

Magic Fire Music, le 16 Mars 2011 :
« De l’Angleterre à l’Espagne, de Londres à Palos de la Frontera, avec Ending Satellites, on a pas fini de planer. »

Do not write here | 2011.

Magic Fire Music, le 27 Fevrier 2011 :
« On peut mettre un sens de la musicalité et de l’ambiance tout à fait remarquable. »